Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Roland - Algrange d'hier à aujourd'hui

Le conseil municipal d'Algrange jusqu'à la Révolution en 1789

2 Mars 2016, 17:45pm

Publié par R.S.

 Les maires et leur Conseil municipal à Algrange avant la Révolution.

               Les actes de l'Etat-civil sont écrits dans les registres paroissiaux. Ceux-ci sont authentifiés par la signature du curé d'Hayange ou celui de Fontoy. Pour Hayange et ses annexes (dont Algrange), les archives paroissiales ne remontent qu'à 1644. Les premiers actes furent rédigés en latin par le curé Claude NUNCHIEL.

Celles détenues par la mairie d'Algrange débutent en 1740, date à laquelle le premier vicaire résident est arrivé. En 1787, Louis XVI rendit aux Protestants le libre exercice de leur culte et décida que ce serait des officiers de la Justice royale qui constateraient les naissances, les mariages et les décès de toutes les personnes qui ne pouvaient s'adresser au clergé catholique. Ce fut une première ébauche de la sécularisation des actes de l'état civil. Elle fut achevée par un décret du 20-25 septembre 1792, conférant aux communes le soin de tenir les registres de l'Etat-civil.

Dans les registres paroissiaux antérieurs à 1792, on remarque que la signature des vicaires ou curés de l'époque est accompagnée parfois d'un nom suivi d'officier public ou " Maierus ". (Maire)

On trouve:

  • JOANNES en 1650

  • Jean MULLER en 1660, 1676, 1677

  • Nicolas MULLER en 1678

  • Georges MULLER en 1680

  • Gérard MULLER en 1686, 1698, 1704

ADVERTISEMENT
 

 

Du livre Histoire d'Hayange et ses annexes de Pierre NICOLAY (1) Le 3 mars 1678, un traité est conclu devant le notaire Fourot de Thionville en présence des maires des alentours (2)
Du livre Histoire d'Hayange et ses annexes de Pierre NICOLAY (1) Le 3 mars 1678, un traité est conclu devant le notaire Fourot de Thionville en présence des maires des alentours (2)

Du livre Histoire d'Hayange et ses annexes de Pierre NICOLAY (1) Le 3 mars 1678, un traité est conclu devant le notaire Fourot de Thionville en présence des maires des alentours (2)

  • Nicolas MULLER en 1723

  • Christian MULLER en 1734

Marque de Nicolas MULLER, maire d'Algrange en 1723

Marque de Nicolas MULLER, maire d'Algrange en 1723

En 1740, les textes sont plus explicites, avec la signature des vicaires résidents de la paroisse on voit la signature du maire sur les registres de naissances, de mariages ou de décès:

  • En 1741, François PHILIPE (laboureur et maire)

  • En 1750, Christ MULLER (tisserand et maire)

  • En 1756, Arnould PHILIPPE (laboureur et maire)

  • En 1789, Pierre GILLE (laboureur et maire)

Ou des échevins (adjoints ou conseillers municipaux) comme:

  • En 1686, Nicolas RABEN, Henri FRECHEN, sergent de justice

  • En 1686 et en 1703, Nicolas FRECHEN

  • En 1703 et en 1715, Jean WEBER

  • En 1715, Nicolas LEONARD, Henri FRECHEN, sergent de justice

  • En 1788, Nicolas KERBER

  • En 1788 et en 1789, Nicolas FRECHEN

  • En 1789, Nicolas RABEN le jeune

François de BOCK (bourgeois anobli) épouse en 1735, Marie-Claire NEYS et dont la mère s’appelle Marie-Catherine de WENDEL. A partir de 1735, les maires d’Algrange sont choisis parmi les membres de leur famille. Le duc de FLEURY(seigneur depuis 1735) est propriétaire en 1767 du moulin d’Algrange, d’une métairie comprenant les « maisons » de Batzenthal, du moulin, de Hidelbach, de prés, jardins et vignes, du bois de Bonneholz, Hesenberg, Bousse et Mullenberg.

Le maire est chargé de faire respecter dans le baillage les droits du seigneur. Il est exempté des rentes que doivent verser les autres habitants et rétribué sur celles ci. Les délits sont jugés et payés lors d’une grande assemblée annuelle appelée " plaid aunal ". 

Les habitants, sujets, vassaux étaient appelés au lieu de réunion, qui était la demeure ou peut-être la grange du maire de justice, au tintement répété des cloches. Il y avait obligation de se présenter sous peine d’une amende. 1727

Il est interdit de recevoir des personnes chez soi après 21H  en été et après 19H en hiver.

De louer aux non domiciliés et inconnus sans faire de déclaration.

De servir à boire pendant le déroulement de la messe.

De s’établir dans la seigneurie sans présenter un certificat de bonne vie et mœurs.

Peu de manuscrits ou de registres existant à la fin du XXème siècle, cette période avant la Révolution est un peu floue,

que ce soit sur la durée ou le nom des Maires de cette époque !

On retouve le nom des maires d'Algrange sur les registres de l'état civil d'Algrange depuis 1740On retouve le nom des maires d'Algrange sur les registres de l'état civil d'Algrange depuis 1740
On retouve le nom des maires d'Algrange sur les registres de l'état civil d'Algrange depuis 1740On retouve le nom des maires d'Algrange sur les registres de l'état civil d'Algrange depuis 1740

On retouve le nom des maires d'Algrange sur les registres de l'état civil d'Algrange depuis 1740

Commenter cet article