Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Roland - Algrange d'hier et d'aujourd'hui

Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)

8 Janvier 2018, 09:15am

Publié par R.S.

Suite de mon livre (N°10b)
Troisième partie: La vie religieuse
Chapitre 2: La paroisse catholique - De la Révolution à l'essor du village en 1884.

       La municipalité d'Algrange administre seule les revenus de la Fabrique pendant les années 1793-1794-1795. Il n'existe aucune trace dans les archives concernant la période un peu trouble entre 1792 et 1801.

-   Henry-Rémy PIGEOT:  

     Il officia à Algrange de 1801 à 1804.

     De 1804 à 1826, Algrange est une annexe avec vicariat de Fontoy.

 

-   Pierre HAMER:

     Il prit la succession de 1804 à 1806.

 

-   Antoine-Joseph DEMILLY:

    Il est décrété en même temps, curé de Fontoy et d'Algrange de 1807 au 10 juin 1810. Pour Algrange du 8 février 1808 au 12 mai 1810. Il trace un tableau des rentes dues à l'église, on y trouve: des débiteurs d'huile qui doivent dix années échues; Jacques DENIS l'aîné qui doit tous les ans trente sols pour la messe de saint Antoine; Barthélemy WEBER qui doit trente sols pour la messe de saint Hubert… Durant la période de 1810 jusqu'à la fin de 1824, il n'y a pas de titulaire à Algrange, seuls des desservants de Fontoy administrent Algrange. Dans cet intervalle les rentes dues à la Fabrique se perdent.

On trouve comme desservants:
  • Henricus REGALL du 10 juin 1810 au 20 juillet 1812.
  • Jean VILMOTTE du 11 janvier 1813 au 16 août 1816.
  • Johanes-Franciscus LEMOINE du 21 octobre 1816 au 14 sept. 1824.

 

Réponse du 19 septembre 1808 concernant une maison qui est demandée pour le vicaire
Réponse du 19 septembre 1808 concernant une maison qui est demandée pour le vicaireRéponse du 19 septembre 1808 concernant une maison qui est demandée pour le vicaire

Réponse du 19 septembre 1808 concernant une maison qui est demandée pour le vicaire

-   Joseph DELBARY:

     Le 18 décembre 1824, arrive à Algrange Joseph DELBARY qui y restera jusqu'au 26 novembre 1830. L'ordonnance du 22 mars 1826 avait accordé à l'église d'Algrange le titre d'annexe vicariale. Le 26 mars 1828, Algrange est érigée en annexe vicariale de la succursale de Fontoy. On ne trouve du vicaire DELBARY que deux redditions de compte dans la même année (1829). Jusqu'en 1830, l'église d'Algrange est privée de clocher, la cloche suspendue à un bâton près de la sacristie était la risée de tous les villages d'alentour…

Enfin 1830 vit construire un petit clocher avec une seule cloche. Quelqu'un fit observer au vicaire que cette construction n'était point un véritable clocher, mais ressemblait plutôt à un colombier, sur ce il répondit: " Il est bon pour moi, ceux qui le voudront autrement, le feront faire autrement ". L'église fut en même temps agrandie de 5 mètres pour atteindre 21 m de long sur 7 m de large, et éclairée par deux nouvelles fenêtres. 

Le 20 décembre 1830, l'adjoint, une personne de la Fabrique, le garde-champêtre et l'instituteur font l'inventaire des objets que possède l'église.

Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)

-   Pierre Maximilien HANAUER: (ou GANAUER)

     Vicaire à Algrange du 9 mars 1831 au 29 avril 1832. Le 1er mai 1831, le receveur de la Fabrique rend ses comptes de l'année 1830 et règle les recettes et les dépenses de l'année courante. En 1832, une horloge sera placée sur la tour.

 

-   Jean THIRIET:

     Vicaire à Algrange du 21 mai 1832 au 24 août 1832.

 

-   Charles HARMANT:

     Arrivé le 1er novembre 1832, il restera à Algrange jusqu'au 22 octobre 1834. Il se fait nommer trésorier de la Fabrique le 20 janvier 1833. Le 2 février 1834, d'après une injonction de l'évêque convoque le Conseil de Fabrique et dresse un tableau des personnes qui doivent des rentes à l'église. Le 15 février 1834, on a enfin la bonne idée de ne plus vendre les bancs à vie, mais d'en exiger annuellement une rétribution.

 

-   François ANCE:

      Il sera vicaire à Algrange du 27 octobre 1834 au 15 septembre 1836. Il s'occupe activement de créer des ressources à la fabrique en louant les bancs. A son départ, l'église d'Algrange sera privée de vicaire durant dix ans. (Jusqu'en 1846) Pendant cet intervalle, Johannes Etienne DUVAL, desservant de Fontoy administre Algrange du 19 sept.1836 au 18 sept. 1846.

Le Conseil de Fabrique convoqué sous la présidence du Maire rend compte des recettes et des dépenses de 1836 à 1843. En 1843, la commune fait restaurer le presbytère, fait faire un plafond à l'église, fait encore construire un confessionnal à l'église, un buffet à la sacristie pour y déposer les ornements et fait peindre le chœur. En 1844, on achète différents objets pour l'église avec les fonds de la commune. Faute d'une délibération du conseil de fabrique ces ornements n'ont pas été payés qu'en 1847. L'intérêt à 3% a nécessairement fait grossir la somme...

Situation de 1831 à 1847 avec les différents vicaires

Situation de 1831 à 1847 avec les différents vicaires

-   Joseph-François LECOMTE:

      Le 25 septembre 1846, nomination de Joseph François LECOMTE comme vicaire desservant résident de l'annexe d'Algrange. Il entre en fonction le 5 novembre de la même année. Il restera à Algrange jusqu'au 2 août 1851. 

La statue de la Vierge achetée en 1758 est remplacée en 1847 par une Immaculée Conception.

      Un inventaire des biens de l'église est dressé. (voir le lien du descriptif complet et très instructif de cette période) On y apprend également qu'Algrange se compose d'un village et de trois maisons isolées, dont deux moulins et la ferme du Badzeler.

       Pendant son vicariat, de nombreuses démarches sont entreprises afin d'obtenir auprès des administrations religieuses et civiles, que l'annexe vicariale d'Algrange soit érigée en succursale détachée de la paroisse de Fontoy.

Le 12 octobre 1847, on peut lire que le maire de Fontoy après avoir consulté plusieurs membres du conseil municipal accédait à la demande d'érection en succursale de l'annexe vicariale d'Algrange...

 

Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)
Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)
Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)

-   Nicolas MONCELLE:

      Il fut nommé le 21 septembre 1851 et entra dans ses fonctions le 28 octobre de la même année. Il y resta jusqu'au 18 novembre 1852. Des tentatives d'embellissements de l'église furent faites, les deux vieilles vitres du chœur furent remplacées par des fenêtres de verre de couleur.

Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)

-   Pierre MASSONNET:

      Ce fut le dernier vicaire desservant d'Algrange. Il fut nommé le 9 septembre 1852.  Son installation comme vicaire date du 23 décembre 1852, avant d'être nommé curé desservant de la Succursale jusqu'au 29 janvier 1858

Car:

      " Vu la population d'Algrange, 341 âmes (1847), 350 âmes (1850),

         vu la distance de 8 km séparant la chapelle de l'église de Fontoy,

         vu que le terrain escarpé entourant Algrange est un obstacle insurmontable     

         au déplacement  des fidèles,

         vu  que  l'instruction  morale et  religieuse a beaucoup souffert de l'absence 

          répétée des desservants depuis 1804 ".

        Un décret gouvernemental de Napoléon III, daté du 22 septembre 1854, érige en Succursale l'annexe vicariale d'Algrange. A partir de cette date, les prêtres nommés à Algrange portent le titre de desservants de la Succursale. En 1852/53, il y eut le choléra et la fièvre typhoïde qui sévissait dans la vallée, de nombreux algrangeois perdirent la vie.

 

Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)
Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)

-   Jean FOURNIER:

      Au départ de l'abbé MASSONNET, il y eut une vacance de quatre semaines. Pendant ce temps c'est le curé de Wolkrange M. BAYER qui administre la paroisse. Le nouveau vicaire s'installa le 4 mars 1858 et resta jusqu'en 1869.

A partir de 1860, on commence à envisager la restauration ou la reconstruction de l'église qui s'avère trop petite. Le 13 décembre 1862, en séance extraordinaire, l'abbé Jean FOURNIER donne lecture de deux lettres adressées au curé et au Conseil de Fabrique par le vicaire général BEAUVALLET.

         Dans la première lettre datée du 8 septembre 1860, il est dit que: " Dans la visite que fit en 1849 Monseigneur Paul Georges Marie DUPONT des LOGES, Evêque de Metz, de la paroisse d'Algrange, il a été reconnu que l'église était insuffisante, et Monsieur le Maire avec le Conseil municipal ont promis au prélat qu'on l'agrandirait aussitôt que les ressources le permettraient ".

              Dans la seconde lettre datée du 8 décembre 1862, le vicaire général dit: " Qu'il a été heureux d'apprendre que le Conseil de Fabrique, en accord avec les vœux des paroissiens, s'est prononcé pour le projet de la reconstruction de l'église."

 

Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)
Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)
Livre de Roland SEBBEN - ALGRANGE Cité aux 4 mines - La paroisse catholique de la Révolution à 1884 (10b)

        Après délibération, le Conseil de Fabrique décide de convoquer le plus tôt possible un architecte pour établir un plan et dresser un devis. Le 27 septembre 1863, le Conseil de Fabrique évoque à nouveau la restauration ou la reconstruction de l'église, ainsi que l'acquisition d'une deuxième cloche qui est refusée par l'Evêque mais accepté par la commune en 1870.

Demande pour une seconde cloche (7 février 1864) et payement de la seconde cloche (14 juillet 1870)
Demande pour une seconde cloche (7 février 1864) et payement de la seconde cloche (14 juillet 1870)
Demande pour une seconde cloche (7 février 1864) et payement de la seconde cloche (14 juillet 1870)
Demande pour une seconde cloche (7 février 1864) et payement de la seconde cloche (14 juillet 1870)

Demande pour une seconde cloche (7 février 1864) et payement de la seconde cloche (14 juillet 1870)

-   Jean-Pierre HANEN:

     A  Jean FOURNIER succède Jean-Pierre HANEN de 1869 à 1873. Son installation à Algrange date du 1er juillet 1869.

     Le 14 août 1870, sous l'administration de Jean-Marie PIRCHE, maire de la commune d'Algrange, a été bénie une cloche fournie par la commune, d'un poids de 692 kilos et nommée Marie-Louise, par l'abbé Jean-Pierre HANEN, desservant de la paroisse, autorisé par Monseigneur Paul Georges Marie DUPONT des LOGES, Evêque de Metz, en date du 8 août 1870.

      Le 1er janvier 1873, le Chemin de Croix, dont la restauration avait été confiée au peintre DUBOIS, fut solennellement béni et indulgencié en présence de toute la paroisse d'Algrange à l'office des complies, par l'abbé Jean-Pierre HANEN, desservant de la dite paroisse, à ce autorisé par Monseigneur l'Evêque. 

 

-   Louis Christophe CORNET: (ou Ludovicus Philippus)

      Il s'installa à Algrange le 1er  avril 1873 et resta jusqu'en août 1877.

 

-   Jean Albert LEIGH:

      Son installation date du 1er septembre 1877 et durera jusqu'en août 1884.

L'ancienne église (X) place du marché en 1902L'ancienne église (X) place du marché en 1902
L'ancienne église (X) place du marché en 1902L'ancienne église (X) place du marché en 1902

L'ancienne église (X) place du marché en 1902

Commenter cet article