Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Roland - Algrange d'hier et d'aujourd'hui

Retrouvailles entre les frères BORCZAK d'Algrange aux U.S.A. après 50 ans de séparation (en 1964)

21 Août 2020, 08:15am

Publié par R.S.

L'ancien mineur d'Algrange retrouvera aux U.S.A. les deux frères qu'il n'a pas vu depuis 50 ans.
Ils s'étaient quittés en Pologne, il y a cinquante ans. L'un était venu en France, l'autre aux Etats-Unis, le dernier au Canada. Le premier n'avait jamais revu les deux autres. Ils vont se retrouver, dans quelques jours en terre américaine.
M. Julien BORCZAK, mineur retraité, qui demeure à Algrange (et curieuse coïncidence, dans la rue des Américains) ne sait que depuis 1952, que Jean est installé à Détroit (Michigan) et Louis à Toronto (Canada). Le premier a quitté sa Pologne natale en 1913, le second en 1918. Depuis douze ans, grâce à un cousin, toujours en Pologne, qui communiqua les adresses, on s'écrit. Dans une semaine, on se reverra.
M. et Mme Julien BORCZAK prendront en effet l'avion pour les U.S.A. le 11 juillet, au départ du Findel-Luxembourg. Extraordinaire détail: Jean et Louis ont tous deux fait le débarquement de Normandie, en juin 1944, avec les armées alliées et, tous deux, ont traversé Algrange se dirigeant vers l'Allemagne à la poursuite des nazis en fuite, sans se douter une seule seconde que l'homme qui les regardait passer était leur frère.
Le destin a d'invraisemblables caprices.....
RL du 5 juillet 1964

RL du 5 juillet 1964

Pour retrouver les " frères d'Amérique " les époux Julien BORCZAK, d'Algrange se sont envolés pour le Nouveau-Monde.
Nous avons relaté dans une précédente édition la peu commune destinée des frères BORCZAK, originaires de Pologne, exilés aux quatre coins du monde Jean et Louis ont émigré il y a cinquante ans au Nouveau-Monde, l'un aux Etats Unis, l'autre au Canada. Julien s'est installé à Algrange. En compagnie de son épouse, il s'est envolé hier soir de l'aérodrome de Luxembourg Ville pour rejoindre les " frères d'Amérique " qu(il a pour ainsi dire pas connus.
Depuis l'émigration de Jean en 1909, puis de Louis 4 ans plus tard, la famille BORCZAK est restée sans nouvelles. Un cousin fit enfin parvenir en 1952 l'adresse de ses frères de Détroit et de Toronto au mineur algrangeois. D'innombrables lettres, des colis attestent des relations familiales à nouveau renouées à compter de ce jour. La correspondance multiplient les invitations réciproques. Toutefois durant 5 années, le rêve ne pouvait être réalisé. La vie réserve toutefois une heureuse conclusion à un demi-siècle de séparation: hier M. et Mme Julien BORCZAK ont pris l'avion.
Les préparatifs pour le grand voyage ont été amorcés très tôt. Ce n'est pas un simple départ en vacances, en vérité. Pour deux mois, les Algrangeois vivront chez les leurs sur le continent neuf. La dernière journée, celle d'hier, fut particulièrement fiévreuse. Les valises furent bouclées, les ultimes vérifications opérées. On se remémorait les horaires: 22H Luxembourg-Ville .... 6H New York.
Les dernières heures furent les plus pénibles. L'impatience des retrouvailles espérées depuis un demi-siècle est bien compréhensible lorsqu'on touche de si près le dénouement d'un acte marquant de la vie.
C'est Marion, la fille de M. Louis BORCZAK qui accueillera à l'aéroport de New York son oncle et sa tante de France. Le séjour des Algrangeois se partagera entre Détroit et Toronto
(A NOTER que dans ce second article les dates émigration des deux frères d'Amérique ne sont pas les mêmes que dans le premier article)
RL du 12 juillet 1964
RL du 12 juillet 1964RL du 12 juillet 1964

RL du 12 juillet 1964

Commenter cet article