Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Roland - Algrange d'hier et d'aujourd'hui

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

18 Juillet 2012, 07:10am

Publié par R.S.

La société de gymnastique d'Algrange " Turnverein" fut fondée le 4 août 1900 et elle fut dissoute par ordre des autorités allemandes au début de la guerre. Ses fondateurs et premiers membres ont été entre autres: Eugène REUTER, Ludwig SCHLEGEL, Georges KOWALEWSKI, Auguste DEWES, Gustave DIECK, Ernst JUNG, Wilhelm JUNCKER, Heinrich RÖMER, Richard JAHN, Johann KLEBE, Otto RIXECKER, Karl MARKLOF, Friedrich KOCH, Karl SATTLER, Heinrich ROTHE, Kurt FRITASCHE et Fritz SCHNELL. Sous la présidence du représentant de la région lorraine, Hermann GÜHNE de Metz, la réelle fondation s'est faite dans la salle du " EUROPÄISCHEN HOF " chez SCHIEBEN qui a été en même temps désigné comme siège du club. (Pour mémoire à côté de l'ancien cinéma SAX, rue Jean Burger)

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

Les premiers statuts furent faits le 26 septembre 1900, et modifiés en 1909. La première fête anniversaire du 14 septembre 1901 fut le révélateur pour toutes les suivantes. En 1900, le nombre d'adhérents s'élevait à 70 membres, fin 1902 il était de 100, fin 1906 il était de 129, fin 1913 il était de 148 membres. A la déclaration de la guerre, le club comptait 224 membres et 262 membres à la fin de la guerre. Le drapeau de cette société fut béni le 25 septembre 1904. Un concours de gymnastique fut organisé avec tous les clubs présents. 

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

Le 10 octobre 1919, un groupe d'anciens gymnastes de cette société s'est réuni dans l'intention de remonter cette société. C'est ainsi que fut créée " La Société Sportive d'Algrange et de préparation militaire ", qui malgré qu'elle eut diverses crises à supporter, se maintint cependant à la hauteur, grâce à l'inlassable dévouement des membres de son comité. Depuis le 1er février 1920, elle est affiliée à la Fédération des Sociétés de Gymnastique de la Moselle et par cela même, à l'Union des Sociétés de Gymnastique de France. 

Lettre envoyée au maire d'Algrange le 1er juin 1920

" Nous avons l'honneur de vous prier de bien vouloir nous réserver l'utilisation des appareils de gymnastique, que nous avons eu en usage depuis l'existence de notre association. Nous motivons cette demande par les arguments suivants, que nous vous prions de considérer avec bienveillance.

Au début de la guerre, la Société de Gymnastique existante fut dissoute par ordre des autorités allemandes et tous les appareils revenaient à la commune d'Algrange. Après la guerre, un groupe d'amateurs de gymnastique a fondé une nouvelle Société, qui est sous la présidence de Monsieur GULDNER, qui faisait partie de l'ancienne Société de Gymnastique, comme un très grand nombre de ses membres d'aujourd'hui. L'ancien maire d'Algrange, Monsieur FLORANGE, a mis à notre disposition tous les appareils existant à l'armistice. Ces appareils ont été achetés par la Société d'avant la guerre. Et tous les Lorrains, faisant partie de l'ancienne Société, sont membres de notre association. Si donc nous sommes en possession de ces appareils, nous prétendons y avoir un droit pour la raison qu'un grand nombre ont contribué à leur acquisition.

Nous n'ignorons pas qu'un groupe de Gymnastes organisé par un parti politico-social prétend partager ces appareils avec nous. Toutefois, nous ne discutons pas que tout le monde ait le droit et la liberté de faire de la gymnastique, mais nous refusons de travailler avec des gens qui font de la gymnastique de parti, pour favoriser un mouvement politico-social et la lutte de classes

 

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

Elle inaugura son drapeau le 11 juin 1922 à Algrange lors d'une fête sur deux jours avec les sociétés de Nilvange, d'Hayange, de Basse-Yutz, de Moyeuvre, de Metz-Sablon, d'Amnéville, d'Hagondange, de Rombas, de Metz. Son président s'appelait M. GULDNER. Elle comptait à sa création 43 membres et son premier président fut René WAGNER.

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange
La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

En septembre 1927, cette ancienne société décidait de se doter d'un nouveau comité et de procéder à un changement de statuts. Ceux-ci furent élaborés par M. KLEIN, ex-avocat du barreau deStrasbourg et devenu avocat conseil de la S.M.K. Cette dernière donnait un appui financier et technique important à cette société...

C'était aussi le cas des mines Sainte-Barbe et Burbach, dont les délégués siégeaient au comité.

Le but de cette société était le développement et la pratique de la culture physique des sports. A l'époque, certains algrangeois avaient vu dans ce renouveau une manoeuvre politique des partis de gauche. Un article virulent parut à ce titre dans la " Lothringer Volkszeitung " datée du 23 septembre 1927 auquel répondit rapidement le " Metzer Freis Journal ".

Article du Lothringer Volkszeitung du 23 septembre 1927:

" Les secours alloués par l'industrie aux associations sportives de la vallée de la Fentsch sont ils fait dans un but de campagne électorale ou non! Il est en tout cas évident que la société sportive de Knutange tout nouvellement créée, poursuit un but purement politique, aux fins de donner appui au cartel de cette localité. Il semble que l'on essaye la même manoeuvre à Algrange. A côté de la section des jeunes gens du cercle sportif, qui cette année a remporté dans différents concours des succès très appréciables, existe une société sportive neutre, qui ne doit son existence qu'aux secours nombreux de l'industrie. C'est ainsi que pour pouvoir participer à une fête sportive à Creutzwald, l'industrie a alloué une subvention de 40 francs par tête, soit 800 francs, pour cette société.

Ces secours n'ayant pu améliorer la situation critique dans laquelle se trouve cette société, elle a eu recours à un moyen qui peut être sera plus alléchant pour les sportifs, un haut fonctionnaire des mines a été élu président de la sportive. Les jardins de la rue du même nom seront aménagés en une place de sport avec un grand hall pour la Sportive d'Algrange.

Déjà des employés du chemin de fer et des personnes privées ont protesté contre ces mesures anti-sociales, d'autres personnes s'étonnent également de ce l'industrie fait preuve de si peu de sens social en transformant des jardins en terrain de sport, sachant que la commune d'Algrange est déjà défavorisée, ne possédant presque pas de jardins. Encore, pourrait-on le comprendre, si l'usine de la Paix, avait l'intention d'exploiter ce terrain ou faire construire des maisons d'habitations. A quoi sert un terrain de sport? N'y a-t'il pas la dessous de la politique et une manoeuvre électorale. En tous cas les personnes intéressées peuvent prendre note de ce qui suit:

Le cartel, malgré le soutien d'une sportive neutre n'obtiendra même pas 10 voix à Algrange alors même que maintenant on dépense des milliers de francs pour un terrain sportif dans la rue des Jardins en privant ainsi quelques citoyens laborieux. La Sportive par de tels procédés ne recrutera plus aucun membre convenable. L'incident qui s'est produit sur le terrain sportif de Rombas a bien ouvert les yeux à tous les citoyens en dénonçant ainsi l'esprit qui règne dans l'Union à laquelle la Sportive est rattachée..." 

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

Article du Metzer Freis Journal du 25 septembre 1927:

" On nous prie d'insérer l'article suivant:

Au sujet de la Sportive dont ses ennemis à Algrange avaient déjà chanté avec joie un De Profondis, l'homme de confiance de la Lothringer Volkszeitung écrit des paroles d'épouvante.

La Sportive d'après ses dires serait vendue corps et âme au Cartel. Brrrrrr.....! A apprendre cela chacun est saisi de frayeur. Pour quiconque averti, il est facile en lisant entre les lignes de découvrir l'auteur de cet article. Pensons donc que ce cartel franc-maçons et autres fantômes d'horreur semblables, qui ont surement pour but de donner le dernier coup à cette sportive ai en en éloignant les jeunes gens de sentiments religieux.

Non Messieurs! Il n'en sera pas ainsi. La Sportive, l'une des plus anciennes associations se maintiendra malgré les campagnes menées contre elle. Ne disposant pas de grands moyens, elle existe néanmoins très honnêtement. Nous adressons les questions suivantes à l'auteur de l'article paru dans la Lothringer Volkszeitung. 

1) La Sportive s'occupe-t-elle d'autres choses que de questions sportives et fait-elle de la politique, son programme étant le même que celui des autres sociétés sportives?

2) Nimporte quel jeune homme ne peut-il pas entrer dans laSportive sans craindre pour le salut de son âme, alors que le comité se compose d'honnêtes gens appartenant aux deux confessions.

3) La Sportive, grâce à l'aide moral et pécunier qu'on lui a promis et à ses gymnastes (un vieux noyau qui a fait ses preuves) n'est elle pas absolument sûre d'être bien placée dans les concours prochains!

4) Y entretient-en des liens d'amitiés ou veut-on semer la division? En ce qui concerne les autres indications comme vol de jardins, etc...la Direction des mines a déjà désigné d'autres terrains pour le jardinage. Rien ne répond donc aux allégations de l'auteur de l'article et c'est pourquoi nous lui conseillons d'être plus prudent à l'avenir!

En fait, il apparut qu'il s'agissait d'une manoeuvre du curé de cette époque (SCHANG) qui était inquiet de l'ombre que cette société en plein renouveau aurait pu jeter sur celle des scouts qu'il patronnait. L'affaire dut être arbitrée par le maire. Celui-ci déclara dans une lettre d'avril 1928 qu'il s'était arrangé pour que le nouveau comité " se mette en rapport avec le curé pour négocier un accord qui devrait permettre à tous de travailler ensemble sur une base amicale ". L'incident était clos

La Société Sportive d'Education Physique - Gymnastique à Algrange

En fait, il apparut qu'il s'agissait d'une manoeuvre du curé de cette époque (Monsieur SCHANG) qui était inquiet de l'ombre que cette société en plein renouveau aurait pu jeter sur celle des scouts qu'il patronnait. L'affaire dut être arbitrée par le maire. Celui-ci déclara dans une lettre d'avril 1928 qu'il s'était arrangé pour que le nouveau comité " se mette en rapport avec le curé pour négocier un accord qui devrait permettre à tous de travailler ensemble sur une base amicale ". L'incident était clos

Commenter cet article