Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Roland - Algrange d'hier et d'aujourd'hui

La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG

8 Février 2016, 08:00am

Publié par R.S.

- Etienne Marie Alphonse SCHANG: (de 1918 à 1937)

Le 29 août 1918, l'abbé Etienne Marie Alphonse SCHANG est nommé curé de la paroisse d'Algrange. Son installation dans la paroisse, date du 25 septembre 1918, il y restera jusqu'au 11 août 1937, pour aller comme aumônier au couvent des Sœurs de la Providence de Saint-Jean de Bassel où il mourut le 13 février 1942. . Né le 17 mars 1883 à Cappel, (près de Saint-Avold) il entreprend des études au Petit Séminaire, puis au Grand Séminaire de Metz. Il est ordonné en 1908 par Monseigneur BENZLER et exerça son ministère à Sarreguemines de 1908 à 1913, puis à Théding et à Algrange.

 

La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANGLa paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG

Le ministère de Monsieur le curé SCHANG à Algrange fut fécond. De nombreux vicaires allaient et venaient tels que MM:

Antoine LANG (1er août 1918)
Gérard JACQUES (1er octobre 1919)
Jean-Louis ADAM (1er décembre 1919)
Auguste FABING (1er mars 1920)
Ernest SCHMITT (1er août 1921)
Marcel MORAINVILLE (1er
septembre 1921)
Dans les années 1925/1935: LOMBARD, PICARD, GERARD, SCHUTZ, Eugène MULLER, KIEFFER, Alphonse KLEIN, Charles KRUMMENACKER…

Rémy MOLL du 1er septembre 1933 jusqu'en juillet 1937.

1935 Christus Impérat
1935 Christus Impérat1935 Christus Impérat

1935 Christus Impérat

Dès son arrivée, l'abbé SCHANG fit l'acquisition de deux immeubles rue de la Gare, la maison de " La Croix d'Or ", en 1919, pour des sociétés qu'il avait créées et en 1920 deux maisons et le restaurant " Zum Batzenthal ", rue Foch, qu'il transformera plus tard en chapelle. Ces acquisitions lui furent rendues possible par ses sœurs, qui mirent leurs biens à sa disposition. Composés de plusieurs grandes salles, ces immeubles répondaient parfaitement aux besoins des sociétés.

Les restaurants de la Croix d'Or et Zum Batzenthal réchétés par Alphonse SCHANG
Les restaurants de la Croix d'Or et Zum Batzenthal réchétés par Alphonse SCHANG

Les restaurants de la Croix d'Or et Zum Batzenthal réchétés par Alphonse SCHANG

La Croix d'Or fut l'endroit préféré de la jeunesse. Dans la salle de consommation, il ne fut servi pendant longtemps que des boissons non alcoolisées; primitivement, ce fut le local d'une association anti-alcoolique, ou sur la façade, se détachait sur fond bleu l'écusson à croix d'or. Dans l'entrée de la salle, le regard rencontrait un crucifix qui y trônait à la place d'honneur.

La Croix d'Or venait immédiatement après le foyer familial. Tous les soirs, la jeunesse s'y retrouvait pour des cercles d'études, des répétitions de musique, de théâtre, de chants.

Parmi ces nombreuses activités, l'abbé SCHANG intervenait également pour aider les jeunes à la diffusion d'un bulletin mensuel, diffusé à tous les jeunes y compris ceux se trouvant sous les drapeaux. Ce fut le trait d'union de la jeunesse algrangeoise. On appréciait surtout des dessins très réussis de l'artiste ADAMCZACK.

Monsieur l'abbé SCHANG ayant trop le souci de la formation morale de la jeunesse, manqua rarement ces réunions. Ses causeries utiles et intéressantes, ouvraient aux jeunes des horizons nouveaux. Il éclaira la jeunesse sur tous les problèmes de l'existence et ses conférences sur l'histoire religieuse, la franc-maçonnerie ou toute autre question d'actualité furent très appréciées. En compensation, il fallait offrir des agréments à cette jeunesse qui naturellement, aimait la joie et les distractions. Le programme de ces activités comportait dans ce but: sport, musique, chants, jeux, théâtre, excursions…

La formation physique fut à l'ordre du jour et le cercle prit part à maintes manifestations sportives, ne craignant pas la concurrence dans ce domaine.

Il appréciait et soutenait également les mouvements de jeunes, de formation récente: Cœurs Vaillants, Croisés, Jocistes…

La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG

La jeunesse féminine eut aussi sa part dans les soucis de M. SCHANG. Il pensait que celui qui forme la jeunesse féminine, prépare les éducatrices de la génération future, celles qui forgeront l'avenir. Il créa un cercle d'études pour les jeunes filles ayant terminé leur scolarité.

La congrégation des " Enfants de Marie ", prit sous son impulsion, un nouvel essor. Il créa la " Jeunesse Féminine " affiliée aux " Jeunes de la Ligue d'Action Catholique ". Elle groupait environ 200 jeunes filles qui s'adonnaient aux activités des différents groupes: Enfants de Marie, Chanteuses aux offices, Louisettes, Section Théâtrale… Toutes les jeunes filles fréquentant l'école ménagère profitèrent de ces enseignements pratiques. A l'occasion des expositions annuelles ou des ventes de charité, les portes du foyer des jeunes s'ouvraient à la population d'Algrange. La paroisse entière se donnait rendez-vous là-haut. Il y a une de ces fêtes qui est restée particulièrement gravée dans sa mémoire, selon ses dires.

" Par un beau temps ensoleillé, toute l'action catholique s'était donnée le mot. Autour de la Sainte-Famille, avaient été dressés des étalages, derrière lesquels les jeunes vendeuses costumées, offraient de tout. On y voyait des boutiques de tir, de loteries et attractions de toutes sortes. La musique des Jeunes Gens du Cercle Saint-Louis prêtait leur concours. Les braves citoyens d'Algrange ne se contentaient pas seulement d'admirer, mais avec leur générosité habituelle, achetaient, jouaient au tir à qui mieux mieux. Le clergé, les séminaristes rentrés pour les grandes vacances, les jeunes, les vieux, tous ces visages connus et sympathiques étaient de la fête.

On se sentait en famille, cette grande famille paroissiale, qu'une seule pensée unissait en ce moment là, encourager et soutenir la belle œuvre de la Jeunesse Catholique ".

La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG

Pendant son ministère, on devait remplacer les cloches enlevées en 1917 par les Allemands. Le 1er juillet 1922, après de nombreuses démarches, le Conseil de Fabrique décida l'achat de quatre cloches pour la somme de 42.800 francs.

3 septembre 1922 Bénédiction des cloches
3 septembre 1922 Bénédiction des cloches

3 septembre 1922 Bénédiction des cloches

Et, le 3 septembre 1922, après les vêpres, ont été bénites les quatre cloches: " Rose-Marie "," Nicolas Jean-Pierre ", " Barbe " et " Marie " devant M. SCHANG, curé de la paroisse, M. DORVILLE Maire, MM. Nicolas BOURGEOIS, Luc FLORANGE, Joseph KILL, Pierre PIGNON, Auguste MILLET, Christophe GULDNER, Jean MAUS, tous membres du Conseil de Fabrique de la paroisse.

La plus grosse cloche, " Rose-Marie ", d'un poids de 2238 kg et d'un ton DO, offerte par la commune eut comme parrain et marraine: Luc FLORANGE et Louise MAUS.

Les trois autres cloches ont été données par souscription des paroissiens:
" Nicolas Jean-Pierre ", d'un poids de 1000 kg et d'un ton MI, rappelle à la mémoire les anciens curés de la paroisse algrangeoise.
" Barbe ", d'un poids de 626 kg et d'un ton SOL, prie pour les mineurs morts dans leur travail.
" Marie ", d'un poids de 412 kg et d'un ton LA, veille sur la jeunesse algrangeoise.

La bénédiction fut faite par l'abbé BERARD, curé archiprêtre de Hayange. Le sermon de circonstance fut fait par l'abbé ZIMMERMANN, curé de Montigny les Metz.

La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG

L'abbé SCHANG fit aménager dès 1920, le restaurant " Zum Batzenthal " en chapelle auxiliaire publique, dite de saint Antoine de Padoue. Ce qui permit aux habitants du quartier nord d'assister plus facilement aux offices. Sous son administration, la paroisse d'Algrange devint une pépinière de vocations sacerdotales et religieuses sous l'impulsion des prêtres, mais surtout, grâce à l'action constante du curé SCHANG, toujours soucieux de trouver des " ouvriers pour la vigne du Seigneur ".
11 jeunes s'engagèrent dans divers ordres religieux.

14 prêtres furent ordonnés

La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG
La paroisse catholique d'Algrange de 1918 à 1937 - Alphonse SCHANG

En 1933 il fêta son Jubilé pour 25 années de prêtrise....

Au centre l'abbé SCHANG lors de son Jubilé en 1933

Au centre l'abbé SCHANG lors de son Jubilé en 1933

Commenter cet article

Martine 08/02/2016 13:51

.Bonjour! Ma mère était "enfant de Marie", et j'ai gardé pas mal de souvenirs de son époque. Merci de nous rappeler ce qu'ont vécu nos aïeux. Dommage que toute cette "entraide" s'est perdue... Bonne journée! et merci!!!

SEBBEN 10/02/2016 08:58

Merci de votre témoignage et si vous avez des photos de cette époque, je suis preneur.